Évaluation environnementale de site, Phase I et II

EES phase I et II dans le cadre d’une transaction immobilière a venir 

Date du projet: 2018

Client: Alexandre Lauzon (Racicots et Associés) et M. Steve Huard (Équipements Brossard)

Description:

Dans le cadre d’une évaluation de la valeur marchande du site à l’étude pour une transaction immobilière et d’un processus de diligence raisonnable, M. Alexandre Lauzon de Racicots et Associés, et pour M. Steve Huard de l’entreprise Équipements Brossard désire obtenir une évaluation environnementale de site, Phase I (ÉES Phase I) et Phase II combinée pour le terrain et le lot situés au 2165 Chemin de Chambly, Longueuil, que l’entreprise possède depuis 1992. 

 

Les services d’Enviro 3D ont été retenus par les parties afin de réaliser une ÉES Phase I – Phase II combinée sur le lot en question en vue d’un processus de transaction immobilière et pour établir l’état des lieux. 

L’ÉES Phase I – Phase II combinée a été effectuée conformément aux principes de la norme CSA Z768-01 de l’Association canadienne de normalisation (ACNOR, 2001) et comprend une revue historique et des documents trouvés concernant le site, une visite du site, une entrevue, un compte rendu des résultats en plus d’un échantillonnage des sols. Cette ÉES Phase I – Phase II combinée a pour but de détecter toute évidence de risque de contamination potentielle ou réelle du site en accès des limites légales applicables résultant de toutes activités ayant lieu ou ayant eu lieu sur la propriété en question. Cette étude sert également pour déterminer la qualité des sols et évaluer la valeur marchande du terrain et des bâtiments à la suite de l’utilisation des lieux par diverses entreprises au fil des ans. 

Nous sommes en mesure de conclure qu’il existe un risque potentiel de contamination des sols et des eaux souterraines dû aux activités présentes et passées sur le site à l’étude. Les sols ayant été analysés ont dénoté une contamination en métal et en hydrocarbures pétroliers C10-C50, démontrant une contamination de certains secteurs de la propriété, mais à un niveau qui respecte le zonage en place et l’usage commercial du site. Toutefois, une contamination en COV dépasse les critères. 

Il est de notre opinion que le simple fait de tenter d’excaver le secteur problématique va relâcher les COV à l’atmosphère et les sols ainsi excavés rencontreront à ce moment, les critères pour des usages commerciaux. Nous sommes d’avis qu’il est inutile de procéder à une réhabilitation des lieux. Une analyse de l’eau souterraine pourrait aider à une meilleure compréhension du comportement des contaminants dans les sols et la migration de ceux-ci. 

Des questions ? Besoin d’aide ? Parler à un expert ?

Related Projects

Écrivez ce que vous recherchez et appuyez sur Entré